LES AUTEURS ( E - H )

Ghislaine Feroux - Carnets de voyages / Aquarelle

Installée à Poitiers où elle a suivi des cours à l’Ecole des Beaux Arts, elle choisit la technique spontanée et sensible de l’aquarelle pour s’exprimer.

Elle s’oriente ensuite vers le carnet de voyage qui lui permet d’associer ses deux passions : la peinture et le voyage.

L’élément déclencheur : un séjour en Andalousie et l’illustration d’un livre. Depuis elle ne cesse de partager ses aventures humaines.

Elle fabrique ses propres supports. Chaque carnet est une expérience nouvelle et un objet unique chargé d’émotions.

« Ce livre de 80 pages nous fait découvrir l'Andalousie à travers les aquarelles de Ghislaine Feroux, les photographies de Jean-Paul Parant et les textes de Ramón Martí Solano, traduits en espagnol et en anglais.

ALBERO , c'est le nom d'une terre jaune utilisée dans les allées des jardins et dans les arènes. Terre jaune dont on extrait le pigment avec lequel sont peintes ou chaulées de nombreuses maisons d'Andalousie.

Jaune albero, rouge almagra, vert, rose, blanc, bleu et orange constituent les sept chapitres de ce livre et sont autant d'invitations au voyage. »

Albero couleurs d’Andalousie, octobre 2007.

Bernard Gacioch - Autobiographie

Si vous voulez connaître la biographie de cet auteur, quoi de mieux que de lire son roman autobiographique ?

« Né en 1940 de parents polonais, le narrateur raconte l'arrivée en France de ses parents en 1931 et 1932, puis les turbulences et les péripéties de sa jeunesse, depuis sa naissance jusqu’à ses 24 ans. Il nous confie ses secrets les plus intimes. Cette histoire débute dans la campagne profonde des Deux-Sèvres au début de la deuxième guerre mondiale et se termine en 1964.

Nous voyons grandir l’enfant dans ses découvertes, dans les difficultés, les peines et les joies qu’il a vécues : son enfance, ses premiers amours, son premier travail de commis à quatorze ans, clochard, déménageur, pilote militaire, ingénieur informaticien.

En 1963, il organise le retour de ses parents en Pologne derrière le rideau de fer. Bernard rencontre pour la première fois un frère et une soeur âgés de 40 et 34 ans. »

Avant que ma mémoire ne s’efface, avril 2017.

Philippe Garenne - Romans

Né à Villeneuve sur lot, Philippe Garenne a longtemps guidé l’unique collège de Ré la blanche à travers le maquis budgétaire et financier.

Revenu sur le continent, il arpente les quais de La Rochelle et les allées du château de Périgny à la recherche de l’inspiration … parfois, il la trouve.

« Saint Expédit, vous connaissez ? Un martyr pas très catholique ! Il exécute les bons et mauvais sorts, répond aux prières des déshérités, déchaîne les forces occultes.

Ici, Saint Expédit est le nom d’un Réunionnais, un yab qui veut se faire la malle du pénitencier de l’île de Ré. Pedro va aider à porter les bagages, lourds de sous-entendus et de pièces d’or.

Il va vous promener dans les rues rochelaises, vous faire naviguer sur la rivière Verdière et traverser le Rio Merda, sans parler d’une rencontre débridée avec un chinois revanchard. Bon voyage ! »

Pedro et Saint Expédit, mars 2018.

Richard Gautier - Peintre - Conférencier

Né le 22 août 1948 à Niort. Cadet d’une famille de trois enfants, c’est son père sculpteur-céramiste qui l’initie au dessin et au modelage. L’âge venu, il entre à l’école des Beaux-Arts de Poitiers, puis s’inscrit à l’Académie Anquetin.

Grâce à ces deux formations, un équilibre stable et salutaire s’établira sur le plan de la maturité artistique. Séduit par la peinture réaliste et admirateur des anciens, il a choisi très vite sa tendance : le réalisme qui, bien que très jeune, va lui valoir le parrainage du maître Henri CADIOU, animateur du groupe des Peintres de la Réalité.

Son service militaire à Bitche sera marqué par sa réalisation «La charge de Reichsoffen » sur une toile de 15 mètres carrés. Depuis son premier trompe-l’oeil, “Le torchon”, (1966) au Salon des Indépendants, Richard Gautier multiplie les expositions dans de nombreux pays.

Il obtient de nombreuses récompenses : Médaille d’Or des villes de Caen, Cognac, Colmar, Deauville, du Salon des Artistes Français...

Médaille d’Argent au Bilan de l’Art Contemporain à Québec...

« Pour ceux qui ne peuvent pas venir découvrir sa galerie, et surtout pour tenter de résumer 50 années de carrière artistique, ce dernier a sorti un ouvrage conséquent reprenant une sélection de son oeuvre.

Au total, ce sont 446 oeuvres classées en quinze rubriques qui sont dévoilées, dans ce qui constitue un très beau livre d’art, préfacé par neuf pages d’explications de l’auteur concernant sa démarche, ses références, ses inspirations. »

50 ans de peinture, juin 2017.

Bertrand Gilet - Romans policiers

Cet auteur a toujours été un adepte de la lecture, de la télévision et du cinéma. Il a grandit à Nantes, ville prospère dans le domaine cinématographique puisqu’il existait dans les années 60 une trentaine de cinémas.

Le goût des romans policiers est venu plus tard. Bertrand a trouvé dans ce genre la bonne formule pour raconter des histoires, inventer des personnages, dessiner des caractères. Puisant son inspiration dans la vie de tous les jours, dans les faits divers, dans sa vie personnelle, ou au contact de la grande diversité de personnes croisées tout au long de la vie.

« Nantes, 2 novembre 2010. Le cadavre d'une femme, rejeté en Loire au pied de l'embarcadère situé près de l'Hôtel de Région, est découvert au petit matin. Voilà bien un homicide à la hauteur de la sagacité de Luc Brillant, l'efficace lieutenant qui vient d'être promu capitaine de police.

À la pêche aux indices probants, l'enquêteur nantais et deux de ses collègues vont même remonter la Loire jusqu'à Saumur et Tours, et sa femme Karine, journaliste-pigiste et psychologue de formation, va lui apporter un concours précieux.

Qui est cette inconnue, qui l'a tuée, quand et comment ? Les éternelles questions de toute enquête criminelle. Un polar passionnant au fil du fleuve. »

L’inconnue de la Loire, novembre 2017.

Rémy Gratier de Saint-Louis - Fantasy

Né à Metz en 1966, Rémy GRATIER de SAINT-LOUIS est un autodidacte passionné d'histoire et d'aventures épiques.

Désireux de donner vie aux personnages qui peuplent son imaginaire, il écrit des romans dans des domaines aussi variés que peuvent l’être ceux de l’aventure historique, du fantastique ainsi que celui du monde de la fantasy.

« En ce milieu du XVIIème siècle, le Roi Louis XIV n’est encore qu’au commencement de son règne. Noris, un jeune gentilhomme de dix-neuf ans, est quant à lui, l’héritier d’une des plus anciennes et des plus troublantes familles du Gévaudan.

Archétype du jeune seigneur féodal, tout aussi féroce qu’implacable, il est de plus, comme son père le marquis Enguerrand de Morteterre, le fut en son temps, un bretteur aussi cynique qu’impitoyable.

La redoutablement efficacité, rapière en main, du jeune héritier, associée à un caractère particulièrement belliqueux, venant à creuser un sanglant sillon au sein d’une aristocratie par trop friande de duels, les trop nombreux décès de fils de prestigieuses familles, finirent par lui attirer les foudres de la justice royale.

Contraint par son père, de précipitamment quitter le royaume, l’exil du jeune Noris, le mènera sur l’île des chevaliers de Malte, auprès desquels il vivra de multiples aventures, aidant ces derniers, dans leur combat contre les redoutables corsaires barbaresques qui infestent la Méditerranée. »

La Geste du Marquis de Morteterre, tome 1, 2016.

Jean-Jacques Greteau - Roman historique

Cet écrivain est né en 1947 à Augé (Deux-Sèvres). Ancien élève de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, il est passionné d'Histoire avec une prédilection pour l'entre deux guerres et...le XVIè siècle (comprenne qui pourra...).

Il aime inscrire ses romans dans une période historique précise en veillant au respect de la vraisemblance et de la cohérence de l'action.

« La vie de Marc Sangnier est une interrogation sur le sens d'une vie politique réussie. Toute sa vie, il fut d'abord un combattant.

Réconcilier l'Eglise et la République, combattre pour améliorer la condition sociale du peuple au travail, lutter pour sauvegarder la paix sitôt l'encre du traité de Versailles sèche, tous ces combats procédaient chez lui de la même conviction : c'est l'homme qu'il fallait protéger puis élever. »

Marc Sangnier, Le semeur d’espérances, novembre 2009.

Paul Hairault - Histoire & Régionalisme

Si vous souhaitez connaitre la biographie de cet auteur, je vous conseille de lire son roman « Les bagnards d’Assi-bou-nif », pour vous plonger dans la guerre d’Algérie et sa correspondance avec son jeune frère.

« A travers une promenade au fil de la Sèvre niortaise, un panorama de la vie quotidienne au XXe siècle en Poitou-Charentes, notamment dans la région comprise entre Niort et le Marais poitevin.

L'histoire des villages traversés par la rivière est retracée, ainsi que la vie dans les marais (métiers, légendes, fêtes...). »

Mémoire d’une pigouille, 2002.

Michel Hayart - Anticipation

Originaire des cités minières du nord de la France, éduqué partiellement chez les Jésuites, Michel Hayart a été tour à tour sous-officier radio dans la Marine Nationale en Afrique, puis agent financier, cadre commercial dans l'industrie, agent immobilier, négociant.

Amoureux de la chose littéraire et très observateur de son époque, Il réalise en publiant ce premier livre, un vieux rêve, celui de conter certaines de ses aventures et surtout de communiquer quelques-unes de ses réflexions profondes.

« Période : 2039-2045 Qu'il ait fallu attendre que d'autres que nous, les locataires de la Terre, prennent conscience de l'état alarmant dans lequel se trouvait la quasi-totalité des étendues d'eau de notre planète, gorgées des scories toxiques de notre civilisation industrielle et des pourritures si peu nobles de notre hyper consommation, c'est vraisemblablement une honte.

Compter sur la capacité de résilience de la nature pour tout absorber et se régénérer sans cesse, n'est-ce pas totalement illusoire ? C'est comme s'imaginer naïvement que nous sommes seuls dans l'univers, heureusement, non. Mais, au fait ...

Qui est là ?

Où sont-ils ?

D'où viennent-ils ?

Que veulent-ils ?

Sauver leur avenir sans doute. Et peut-être le nôtre. Il était temps. »

Les dieux des océans, septembre 2018.

Ajouter un commentaire